Start-up_mbsconseil.fr

START-UP : à quel moment faire appel à un Directeur Financier ?

 

Nombreux sont les fondateurs de start-up qui ne se posent pas la question du recrutement d’un Directeur Financier. En matière de gestion d’entreprise, ils se concentrent sur des besoins plus immédiats :

  • De combien ai-je besoin ?
  • Combien de temps nous pouvons tenir avec ce que nous avons ?
  • Quel sont mes revenus récurrents ?

 

En tant que professionnel de la finance depuis de nombreuses années, je peux dire d’expérience que ce n’est que lorsqu’une Start-up commence à réussir, que les lancements de produits sont réguliers, les partenariats scellés et l’expansion en cours avec une croissance régulière des revenus, qu’elle commence à se poser la question du recrutement d’un Directeur Financier.

 

Les anciennes règles de Gestion Financière s’appliquent-elles toujours ?

Mais alors, quel est le bon moment pour faire venir un Directeur Financier ?

Jusqu’à encore tout récemment, c’était une question relativement facile. Embaucher un Directeur Financier n’a pas beaucoup de sens pour la plupart des Start-up tant qu’elles n’atteignent pas des « recettes significatives » et que les fondateurs commencent à planifier sérieusement une ouverture du capital ou d’autres Financements importants. Les anciennes règles suggèrent que ce n’était pas le bon moment jusqu’à ce que vous soyez à 12 à 18 mois d’une tournée prévue pour que vous commenciez à chercher un Directeur Financier.

Mais les anciennes règles ne s’appliquent plus. L’une des raisons est que le rôle du Directeur Financier et de l’organisation financière a changé. Peut-être avez-vous remarqué que c’est beaucoup plus difficile dans le climat actuel. Tous les jours nous voyons des Directeurs Financiers se faisant « remercier », dépendants des méthodes traditionnelles de Gestion Financière, les « comptables » ont du mal à s’adapter au monde d’aujourd’hui.

Aujourd’hui, les entreprises attendent de leur département financier fassent plus que suivre la comptabilité, rendre de jolis tableaux de bords et mettent des « garde-fous » aux dépenses pour tenir la Trésorerie.

Elles attendent des Directeurs Financiers reconnaissent que la planification implique des données, des décisions et des personnes… et pas seulement de belles feuilles de calcul et des suivis de budgets.
Elles attendent des Directeurs Financiers qu’ils travaillent avec l’ensemble de l’organisation pour modéliser l’entreprise en vue de sa croissance, élaborent des réponses possibles aux scénarios probables (bons ET mauvais), harmonisent les nouvelles initiatives en matière de financement, et déploient des ressources et des investissements là où ils généreraient de nouveaux revenus.

Le rôle du Directeur Financier change parce que les entreprises modernes sont en concurrence dans un environnement de plus en plus axé sur les données en temps réel. Cela impose de nouvelles pressions sur les finances pour qu’elles soient plus collaboratives, pour que leur processus de planification et d’analyse financières de base dépasse le domaine hautement qualifié des finances et pour qu’elles en fassent part aux gestionnaires de première ligne dont les activités et les décisions ont une incidence directe sur les recettes et les dépenses. Cela exige beaucoup plus que la comptabilité ou simplement une nouvelle technologie : Cela exige un changement des processus.

Nouvelles règles pour un monde nouveau !

 

Ces changements amènent à un changement dans les stratégies d’embauche pour les entreprises qui cherchent à faire appel à un gourou des finances.
Quand il s’agit d’embaucher un Directeur Financier, n’attendez pas trop longtemps – et n’embauchez pas trop haut.

N’attendez pas trop longtemps !

Si vous tardez à embaucher ce gourou des finances jusqu’au moment où vous avez une levée de fonds ou une autre échéance en vue, vous aurez attendu trop longtemps.

Vous aurez perdu au moins un an de planification stratégique ce qui pénalisera probablement votre entreprise pour les années à venir.

Vous aurez manqué des mois cruciaux qui auraient pu être consacrés à déterminer où vous devriez placer vos engagements les plus importants, vos ressources les plus précieuses et vos investissements les plus importants.

Vous aurez laissé passer des opportunités décisives pour structurer votre organisation afin qu’elle puisse prendre de l’ampleur à mesure que vous apportez de nouveaux clients et partenaires.
Attendez trop longtemps, et vous rendrez le travail de votre nouveau Directeur Financier encore plus difficile une fois qu’il ou elle sera à bord.

N’embauchez pas trop haut !

Les Start-up se piègent elles-mêmes en pensant que seule une personne de très haut niveau a ce qu’il faut pour créer une organisation financière bien gérée. Tout en étant peu désireuse d’en payer le juste prix…

Mais aujourd’hui, vous pouvez faire appel à de grands talents en finance pour jeter les bases nécessaires à l’établissement d’un environnement performant avec les Directeurs Financiers à temps partagés.
Vous avez besoin de quelqu’un qui comprend cette relation très particulière entre les données, les décisions et les personnes.

Même un professionnel à temps partagé peut faire passer les processus de planification, de prévisions et d’une organisation bien au-delà des tableurs Excel afin que les dirigeants disposent des données et des analyses nécessaires pour comprendre ces scénarios et utiliser des analyses et des prévisions.
Armés de la bonne technologie, d’un bon outil de gestion, la bonne personne peut les aider à piloter vraiment leur organisation.

Et puis, à temps partagé, le coût devient supportable par la Start-up.

 

Chaque jour, je vois des entreprises y arriver sans Directeur Financier.
Ils font confiance à cette personne qui comprend la relation entre les données et les personnes – ce Directeur Financier à temps partagé – qui vise à faire jouer à tout le monde dans l’entreprise un peu de finance.
Et quand viendra enfin le temps de recruter un Directeur Financier, vous pouvez parier qu’il ou elle aura beaucoup de remerciements pour l’équipe qui leur aura permis d’hériter d’une machine finement ajustée, et non pas le désordre qu’ils sont habitués à voir, et qu’il a probablement pris en compte dans leur décision de quitter leur entreprise précédente et de rejoindre votre Start-up.

 

 

« Si vous m’avez compris c’est que je me suis mal exprimé » – Alan GREENSPAN

Pas de commentaires

Poster un commentaire